Peer login

Les Questions fréquentes (FAQ)

Votre question n'est pas listée ici? Alors contactez-nous.

Le VIH est un virus qui s’attaque au système immunitaire. Le système immunitaire étant affaibli, les autres virus et bactéries sont plus susceptibles d’entraîner des maladies chez le sujet. Le virus est présent dans le sang, le sperme et le liquide pré-éjaculatoire, les sécrétions vaginales et le lait maternel. Le seul moyen de déterminer si vous êtes infecté par le VIH est de vous soumettre à un test de dépistage du VIH. Le VIH se traite bien, que plus il est traité tôt, mieux c’est. Il n’est cependant jamais trop tard pour se soumettre à un test. Sans traitement médical, le sujet finit par développer le SIDA. Le SIDA peut être mortel.

Le VIH est le virus qui provoque le SIDA. Le SIDA affaiblit le système immunitaire à un point tel que ce dernier ne peut plus faire face à des virus et des bactéries auxquels il résiste bien en temps normal. Le SIDA est une maladie grave, potentiellement mortelle.

Le VIH peut se transmettre lors de rapports sexuels sans préservatif. Le risque est encore plus grand lors de rapports anaux. Le sexe orale (la fellation et le cunnilingus) présente un faible risque. Si les muqueuses de la bouche sont endommagées, par exemple par des MST ou des interventions médicales, le risque de transmission est plus important.

Il est également possible de contracter le VIH lors de contacts avec du sang infecté. Lors de la consommation de drogues, de l’utilisation d’aiguilles contaminées ou de transfusions sanguines dans un pays autre que les Pays-Bas, par exemple. Les mères peuvent transmettre le VIH à leur bébé.

Le VIH ne se transmet pas par l’air ou l’eau, les piqûres d’insectes, la salive, les larmes, la transpiration, les baisers, les poignées de main ou l’utilisation des mêmes couverts ou des mêmes toilettes.

Les MST augmentent le risque de contracter le VIH. Inversement, une personne infectée à la fois par le VIH et par une autre MST peut plus facilement transmettre le VIH. La syphilis augmente notamment le risque de contracter le VIH. Vous pouvez passer un test de dépistage des MST fiable dans une polyclinique spécialisée dans les MST du Bureau de la santé publique (GGD) ou chez votre médecin traitant.

De l’extérieur, l’infection par le VIH ne se voit pas. Le seul moyen de déterminer si une personne est infectée par le VIH est de procéder à un test de dépistage du VIH. Il existe néanmoins certains symptômes qui peuvent indiquer une infection par le VIH. Dans les semaines qui suivent l’infection par le VIH, la personne peut manifester des symptômes qui ressemblent à ceux de la grippe. Ces symptômes disparaissent spontanément. Allez à la page « hebikhiv.nl » afin de trouver plus d'informations.

Sans médicaments contre le VIH, le système immunitaire finit par être affecté et des troubles apparaissent qui peuvent conduire au diagnostic du SIDA. La rapidité d’évolution de la maladie et les troubles qui apparaissent varient d’une personne à l’autre.

Même si, en premier lieu, vous ne remarquez souvent rien de votre infection, vous pouvez encore transmettre le VIH aux autres.

Si vous avez pris des risques, vous pouvez vous soumettre à un test de dépistage du VIH. Cliquez sur « Test de dépistage du VIH » pour plus d’informations.

Attention: si vous vous êtes exposé(e) à un risque réel d’infection par le VIH au cours des dernières 72 heures (rapports sexuels non protégés avec un partenaire infecté par le VIH ou piqûre avec une aiguille contaminée par le VIH, par exemple), il se peut que vous receviez un traitement PPE. La prophylaxie post-exposition (PPE) est un traitement à base d’antirétroviraux visant à prévenir une infection par le VIH. Elle permet dans la plupart des cas d’éviter une telle infection. Il est important de commencer le traitement dès que possible, en tout cas dans les 72 heures qui suivent l’exposition au risque. Voir également la rubrique « Où m’adresser pour bénéficier d’un traitement PPE? »

La prophylaxie post-exposition (PPE) est un traitement à base d’antirétroviraux visant à prévenir une infection par le VIH. Ce traitement est prescrit dans des situations à risque, lorsqu’une personne s’est très probablement exposée au VIH. Il est important de commencer le traitement PPE dès que possible, en tout cas dans les 72 heures, mais de préférence dans les heures qui suivent la possible infection (le moment où le virus a pénétré dans l’organisme). Le traitement PPE dure quatre semaines et entraîne souvent des effets indésirables. Il permet dans la plupart des cas d’éviter une infection par le VIH. Voir également les rubriques « Puis-je bénéficier d’un traitement PPE ? » et « Où m’adresser pour bénéficier d’un traitement PPE ? ».

La PPE n’est pas prescrite dans tous les cas où une personne s’est potentiellement exposée à un risque d’infection par le VIH. Un médecin d’un service administrant la PPE évaluera votre risque d’infection par le VIH et jugera si vous pouvez bénéficier du traitement. Les effets indésirables de la PPE et le risque d’infection par le VIH doivent se contrebalancer. Si le médecin juge que vous avez été exposé(e) à un risque réel d’infection par le VIH et que la situation à risque remonte à moins de 72 heures, vous pouvez bénéficier d’un traitement PPE. Voir également la rubrique « Où m’adresser pour bénéficier d’un traitement PPE ? ».

La PPE n’est pas proposée partout aux Pays-Bas. Contactez dès que possible votre médecin traitant ou le Bureau de la santé publique (GGD) de votre région pour savoir où vous adresser (vous trouverez des adresses sur le site centre de dépistage). En dehors des heures d’ouverture des bureaux et le week-end, vous pouvez contacter le service des urgences de l’hôpital. Commencez toujours par téléphoner car tous les hôpitaux ne proposent pas la PPE. Une liste des hôpitaux disposant d’un centre de traitement du VIH: centre de traitement du VIH).

N’oubliez pas qu’il est possible que vous n’ayez pas immédiatement rendez-vous avec le médecin en charge de l’administration de la PPE. Expliquez exactement à ce médecin ce qui s’est passé. Si possible, venez accompagné(e) du partenaire avec qui vous avez pris des risques.

N’attendez pas trop longtemps: La PPE n’est utile que si vous commencez le traitement dans les 72 heures qui suivent l’exposition au risque. Plus vous commencez tôt et plus les risques d’infection par le VIH sont limités.

Le test de dépistage du VIH ne détecte pas le VIH en lui-même, mais les anticorps anti-VIH. Lorsqu’une personne est infectée par le VIH, son système immunitaire fabrique des substances spécifiques (les anticorps) contre le virus.

Si un test du VIH détecte ces anticorps, le test est « VIH positif ». Cela signifie qu’il est éventuellement question d’une infection par le VIH. Un test de suivi est nécessaire pour confirmer l’infection.

Si le test ne détecte pas d’anticorps, il est « VIH négatif ». Cela signifie que vous n’êtes pas infecté(e) par le VIH ou que vous avez été contaminé(e) seulement récemment. En effet, au début d’une infection par le VIH, le nombre d’anticorps est encore insuffisant pour pouvoir être détecté par un test de dépistage. Cette période de trois mois est appelée « phase de latence » ou « période de latence ». Il est donc important d’effectuer un nouveau test trois mois après la dernière exposition à des risques de contamination par le VIH et de ne prendre aucun risque entre les deux tests.

De nombreuses personnes sont infectées par le VIH sans le savoir. Certaines d’entre elles ne le découvrent que lorsqu’elles sont très malades et ont développé le SIDA. Si le diagnostic est posé tard, c’est autant de temps de perdu pour le traitement et les soins. Et pourtant, il n’est jamais trop tard pour passer un test.

Faire un test de dépistage du VIH permet de veiller à sa santé et à celle des personnes qui vous entourent. Si vous savez que vous êtes infecté(e) par le VIH, vous pouvez prendre des mesures pour éviter d’infecter les autres. Chacun a pour responsabilité de veiller à sa santé et à celle d’autrui, notamment celle de son ou de ses partenaires sexuels.

Il y a toujours des avantages, quels que soient les résultats du test :

• Si les résultats indiquent que vous n’êtes pas infecté(e) (VIH négatif), vous serez rassuré(e). Vous pouvez également prendre des mesures pour vous protéger lors de vos rapports sexuels et rester ainsi VIH négatif.

• Si les résultats indiquent que vous êtes infecté(e) (VIH positif), vous pouvez bénéficier de soins et d’un traitement. Une infection par le VIH ne signifie pas que vous avez le SIDA ou que vous l’aurez un jour et que vous allez en mourir. Le VIH ou le SIDA sont certes encore incurables, mais il existe des médicaments efficaces qui inhibent le développement du virus de telle sorte que les défenses immunitaires restent intactes. Ces médicaments sont appelés des antirétroviraux. Démarrer les antirétroviraux à un stade aussi précoce que possible présente de gros avantages : cela permet de prévenir les dommages que le VIH peut causer au système immunitaire et de réduire considérablement les risques de transmission du VIH.

Lorsqu’une personne est infectée par le VIH, son système immunitaire fabrique des substances spécifiques (les anticorps). Le test de dépistage du VIH réagit lorsque ces anticorps sont présents. Dans les trois premiers mois qui suivent l’infection, la quantité d’anticorps peut être trop faible pour être détectée par le test de dépistage du VIH. Le test indique alors à tort que vous n’êtes pas infecté(e) par le VIH.

Attention: c’est précisément pendant cette période que le VIH est particulièrement infectieux et qu’il peut donc être plus rapidement transmis à d’autres personnes.

Exemple: Robert se soumet aujourd’hui à un autotest de dépistage du VIH. Le test indique qu’il n’est pas atteint par le VIH. Cela signifie que Robert n’a pas été infecté par le VIH il y a trois mois. Mais il se peut que Robert ait contracté le virus au cours des trois derniers mois, même si le test n’indique aucune infection par le VIH.

Si Robert a contracté le VIH hier lors de rapports sexuels non protégés, le test ne détectera pas encore l’infection. Ce n’est que si Robert procède à un nouveau test dans trois mois que le test indiquera qu’il a contracté le VIH.

Vous venez de recevoir un bon autotest de dépistage du VIH pour un usage domestique. Vous pouvez également vous soumettre à un test de dépistage du VIH chez:

Une polyclinique spécialisée dans les MST ou votre médecin traitant

Outre un test de dépistage du VIH, vous passerez également des tests de dépistage pour d’autres maladies sexuellement transmissibles (MST). Les tests effectués chez votre médecin traitant sont remboursés par l’assurance maladie, ticket modérateur déduit. Les tests effectués au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) sont gratuits.

www.mantotman.nl

Le laboratoire de test de mantotman.nl propose un kit de test MST/VIH complet pour les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes dans les régions d’Amsterdam, de Rotterdam-Rijnmond, de La Haye, Delft et Zoetermeer. Vous pouvez vous soumettre à un test gratuit, directement dans un laboratoire situé près de chez vous.

En cas de risque de transmission du VIH lors de rapports sexuels, il est recommandé de passer également et immédiatement un test de dépistage d’autres MST puisque le risque d’infection n’est pas exclu. Les MST sont bien plus fréquentes qu’une infection par le VIH.

Les coûts varient en fonction du test MST et de l’assureur. Les tests de dépistage des MST sont généralement couverts par l’assurance de base. Tenez compte de votre franchise standard. Vous voulez connaître le coût avec certitude? Contactez tout d’abord votre médecin traitant et votre assureur soins de santé. Les tests de dépistage des MST effectués de manière dans une polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) sont souvent gratuits.

Avant l’exécution du test, des informations vous seront données au sujet des tests de dépistage des MST et du VIH. Le médecin ou le personnel infirmier évoquera avec vous les risques que vous courez ou avez courus. Vous aurez la possibilité de poser des questions ou de faire part de vos doutes et de vos peurs.

Une prise de sang sera ensuite effectuée. Ce prélèvement sera envoyé au laboratoire qui recherchera des anticorps anti-VIH. Les résultats sont généralement disponibles en quelques jours. Certains sites procèdent à un test rapide, auquel cas vous pouvez attendre les résultats sur place. Lorsque les résultats du test vous sont communiqués, vous recevez des informations. 

Si vous êtes infecté(e) par le VIH, vous êtes renvoyé(e) vers un service de soins. La possibilité d’informer votre ou vos partenaires sera également examinée de concert avec vous.

Non, pas toujours. Les généralistes ou les spécialistes ne demandent pas systématiquement un test de dépistage du VIH lorsqu’ils prescrivent des analyses de sang. Par conséquent, si vous avez déjà fait des analyses de sang, cela ne signifie pas automatiquement que vous avez passé un test de dépistage du VIH. Si vous avez fait des analyses de sang dont les résultats étaient bons, assurez-vous que les analyses incluaient également le dépistage du VIH. Si ce n’est pas le cas, vous n’avez pas encore passé de test de dépistage du VIH.

Oui. Il est toujours possible de réaliser un test de dépistage du VIH. Il n’a aucune incidence sur votre permis de séjour ou votre demande d’asile. S’il devait s’avérer que vous êtes infecté(e) par le VIH, un traitement sera également possible sans assurance. Tout le monde aux Pays-Bas a droit à des soins médicaux. Les médecins et le personnel infirmier ont pour obligation de prodiguer des soins médicaux, que la personne soit assurée ou non ou ait de l’argent ou non. Pour les personnes non assurées, on détermine dans quelle mesure elles peuvent contribuer aux frais d’un traitement.

Les personnes sans permis de séjour ne peuvent pas bénéficier d’une assurance soins de santé. Si elles ont besoin de médicaments contre le VIH ou si on leur a récemment diagnostiqué une infection par le VIH, elles peuvent demander à un médecin de les orienter vers un hôpital. Elles peuvent s’appuyer sur certaines dispositions pour bénéficier de soins contre le VIH. Le conseiller VIH de l’hôpital peut fournir des informations à ce sujet.

Pas de VIH (sérologie VIH négative):

C’est une bonne nouvelle: aucun anticorps anti-VIH n’a été détecté dans votre organisme. Il est fort probable que vous ne soyez pas infecté(e) par le VIH.

Comme avec tous les tests, il y a un risque que les résultats soient erronés. Afin de réduire ce risque, il est important d’effectuer le test conformément au mode d’emploi et de n’avoir été exposé à aucun risque d’infection au VIH au cours des trois mois précédents. Voir également la rubrique « Qu’est-ce que la phase de latence ? ».

VIH (sérologie VIH positive):

Cela signifie qu’il est éventuellement question d’une infection par le VIH. Vous devez vous soumettre à un test de suivi chez votre médecin traitant, au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou à l’hôpital. Si ce test devait indiquer que vous êtes infecté(e) par le VIH, il est important de savoir qu’il existe de bons traitements qui vous permettront de continuer à mener une vie normale.

L’autotest du VIH OraQuick n’est pas un test salivaire. Il utilise le liquide buccal, qui est légèrement différent de la salive. Le liquide buccal, collecté au niveau des gencives, contient des anticorps. Les anticorps sont des protéines produites par le système immunitaire (mécanismes de défense) de l’organisme pour combattre les infections. La présence d’anticorps anti-VIH indique que la personne a été infectée par le VIH.

Le test basé sur les anticorps anti-VIH détecte les cellules créées par le système immunitaire (mécanismes de défense) de l’organisme en réponse à l’infection par le VIH. Lorsque le VIH pénètre dans l’organisme, ce dernier commence à produire des anticorps. Dans le cas du VIH, les anticorps ne peuvent pas lutter contre l’infection. Leur présence peut cependant être utilisée pour déterminer si une personne est ou non infectée par le VIH. La plupart des tests de dépistage du VIH détectent la présence des anticorps anti-VIH, pas le virus lui-même.

N’utilisez pas le test de dépistage du VIH OraQuick In-Home si vous savez déjà que vous êtes infecté(e) par le VIH. Consultez votre médecin pour élaborer un plan de traitement adapté.

N’utilisez pas le kit de test si la date de péremption est dépassée. Les résultats du test ne pourraient pas être considérés comme une indication précise de votre état de santé.

Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Si des éléments du kit de test OraQuick sont manquants ou endommagés ou semblent avoir été manipulés frauduleusement (si un des sachets est ouvert ou endommagé, par exemple), vous ne devez pas utiliser le kit. Les résultats du test ne pourraient pas être considérés comme une indication précise de votre état de santé. Veuillez jeter le kit de test. Veuillez mettre le test au rebut en fermant l’emballage et en le plaçant dans le sac jetable fourni. Vous pouvez jeter le sac avec les déchets ménagers sans aucune précaution supplémentaire.

Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Le test de dépistage du VIH OraQuick In-Home est destiné aux personnes âgées de 18 ans et plus. Il n’est pas destiné aux enfants de moins de 18 ans. Si votre enfant est âgé de moins de 18 ans et que vous craignez qu’il soit infecté par le VIH, consultez votre médecin de famille. Il ou elle pourra aider à déterminer si votre enfant est infecté.

Vous devez conserver votre kit de test à une température comprise entre 2 et 30 degrés Celsius ou 36 et 86 degrés Fahrenheit. Vous devez conserver le kit de test à l’abri de l’humidité, de la lumière directe du soleil et de toutes températures excessivement chaudes ou froides.

Le test de dépistage du VIH OraQuick In-Home doit être conservé à une température comprise entre 2 et 30 degrés Celsius ou 36 et 86 degrés Fahrenheit. Le test de dépistage du VIH OraQuick In-Home ne doit pas être utilisé s’il est resté sur une période prolongée (trois heures ou plus) dans un environnement particulièrement chaud (30 degrés Celsius / 86 degrés Fahrenheit et plus) ou froid (2 degrés Celsius / 36 degrés Fahrenheit ou moins). Veuillez mettre le test au rebut en fermant l’emballage et en le plaçant dans le sac jetable fourni. Vous pouvez jeter le sac avec les déchets ménagers sans aucune précaution supplémentaire.

Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Si le tube à essai ne contenait pas de liquide lorsque vous avez ouvert le kit, le kit est défectueux. Veuillez nous excuser pour ce désagrément. Veuillez jeter le kit de test. Veuillez mettre le test au rebut en fermant l’emballage et en le plaçant dans le sac jetable fourni. Vous pouvez jeter le sac avec les déchets ménagers sans aucune précaution supplémentaire.

Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Si vous avez mangé ou bu quelque chose plus de 30 minutes avant de passer le bâtonnet-test sur vos gencives et si vous avez suivi correctement toutes les consignes du livret d’instructions fourni avec le test ou disponibles sur le site Web, les résultats du test seront précis et fiables.

Si vous avez mangé ou bu quelque chose moins de 30 minutes avant de passer le bâtonnet-test sur vos gencives, vous ne pouvez pas vous fier aux résultats du test et vous devrez répéter la procédure avec un nouveau kit en veillant à suivre attentivement toutes les instructions de manipulation et de test. Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Si vous vous êtes brossé les dents plus de 30 minutes avant de passer le bâtonnet-test sur vos gencives et si vous avez suivi correctement toutes les consignes du livret d’instructions fourni avec le test ou disponibles sur le site Web, les résultats du test seront précis et fiables.

Si vous vous êtes brossé les dents moins de 30 minutes avant de passer le bâtonnet-test sur vos gencives, vous ne pouvez pas vous fier aux résultats du test et vous devrez répéter la procédure avec un nouveau kit en veillant à suivre attentivement toutes les instructions de manipulation et de test. Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Veuillez mettre le test au rebut en fermant l’emballage et en le plaçant dans le sac jetable fourni. Laissez le bâtonnet-test dans le tube à essai et jetez l’emballage au complet. Vous pouvez jeter le sac avec les déchets ménagers sans aucune précaution supplémentaire.

Si vous avez retiré le bâtonnet-test du tube à essai ou s’il est tombé hors du tube à essai, le résultat du test ne sera pas valable, même si vous avez immédiatement remis le bâtonnet-test en place. Le bâtonnet-test doit rester dans le tube à essai pendant au moins 20 minutes, comme indiqué dans les instructions. Les résultats ne pourront donc pas être considérés comme une indication précise de votre état de santé.

Veuillez mettre le test au rebut en fermant l’emballage et en le plaçant dans le sac jetable fourni. Vous pouvez jeter le sac avec les déchets ménagers sans aucune précaution supplémentaire. Veuillez répéter la procédure de test OraQuick avec un nouveau kit de test en suivant attentivement toutes les instructions de manipulation et de test. 

Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Si une substance autre que les échantillons prélevés sur vos gencives entre en contact avec le bâtonnet-test ou le liquide dans le tube à essai pendant que vous faites le test, les résultats ne seront pas précis ni fiables.

Les substances qui affectent la fiabilité des résultats sont les suivantes : aliments, eau et autres liquides dont les boissons alcoolisées et le baume a lèvres/le rouge à lèvres.

Si vous avez accidentellement fait tomber le bâtonnet-test et qu’il est entré en contact avec l’évier, les toilettes, le sol, la table, le plan de travail ou quoi que ce soit d’autre que vos gencives, vous ne devez pas vous fier aux résultats. 

Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Si vous avez lu les résultats plus de 40 minutes après avoir placé le bâtonnet-test dans le tube à essai, les résultats ne seront pas valables. Les résultats ne pourront pas être considérés comme une indication précise de votre état de santé.

Veuillez mettre le test au rebut en fermant l’emballage et en le plaçant dans le sac jetable fourni dans le compartiment inférieur du kit de test. Vous pouvez jeter le sac avec les déchets ménagers sans aucune précaution supplémentaire. Ce sac préservera votre vie privée et peut être jeté dans n’importe quelle poubelle.

Veuillez répéter la procédure de test OraQuick avec un nouveau kit de test en suivant attentivement toutes les instructions de manipulation et de test. Veillez à bien comprendre comment réaliser le prélèvement et à ne pas placer le bâtonnet-test dans le tube à essai pendant moins de 20 minutes et plus de 40 minutes avant de lire les résultats. 

Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Non. Le kit de test de dépistage du VIH OraQuick In-Home est conçu pour un usage unique. Si vous avez utilisé ou manipulé le bâtonnet-test ou le tube à essai avant de procéder au test ou si vous avez utilisé les éléments du test pour effectuer plusieurs tests, les résultats ne seront pas précis ni fiables.

Si un peu de sang s’est déposé sur le bâtonnet-test lorsque vous avez frotté vos gencives, les résultats seront toujours précis et fiables. Le sang n’est pas considéré comme une substance étrangère. De faibles quantités de sang n’interfèrent pas avec les performances du test ou ne vous empêchent pas d’obtenir des résultats précis et fiables.

Cependant, si vous avez utilisé du sang ou d’autres liquides corporels (comme de l’urine ou du sperme) comme échantillon à la place du liquide buccal, vous ne devez pas compter sur ce test pour vous donner une indication fiable sur votre état de santé.

Lorsque vous faites le test, vous saurez qu’il fonctionne si une bande apparaît à côté de la lettre « C » sur le bâtonnet-test. Si une bande apparaît, les résultats du test seront précis et fiables. Si aucune bande n’apparaît à côté de la lettre « C », le test ne fonctionne pas correctement et vous devez vous procurer un nouveau test. Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Si une substance autre que les échantillons prélevés sur vos gencives entre en contact avec le bâtonnet-test ou le liquide dans le tube à essai pendant que vous faites le test, les résultats ne seront pas précis ni fiables.

Les substances qui affectent la fiabilité des résultats sont les suivantes : aliments, eau et autres liquides dont les boissons alcoolisées, le rouge à lèvres, le baume à lèvres et le brillant à lèvres.

Si vous avez accidentellement fait tomber le bâtonnet-test et qu’il est entré en contact avec l’évier, les toilettes, le sol, la table, le plan de travail ou quoi que ce soit d’autre que vos gencives, vous ne devez pas vous fier aux résultats. Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Si vous n’êtes pas sûr(e) d’avoir correctement passé le bâtonnet-test sur vos gencives, vérifiez qu’une bande apparaît à côté de la lettre « C » sur le bâtonnet-test.

Vous saurez que le test fonctionne et que les résultats seront précis et fiables si une bande apparaît à côté de la lettre « C » sur le bâtonnet-test. Ce sera le cas si vous avez suivi attentivement les instructions et que vous avez attendu 20 minutes au moins (mais un maximum de 40 minutes) après avoir placé le bâtonnet-test dans le tube à essai.

Si aucune bande n’apparaît à côté de la lettre « C », le test ne fonctionne pas correctement et vous devez vous procurer un nouveau test. Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Si le bâtonnet-test est entré en contact avec le liquide du tube à essai avant que vous ne le passiez sur vos gencives, les résultats ne seront pas précis ni fiables. Les résultats ne pourront donc pas être considérés comme une indication valable de votre état de santé. Vous avez besoin dún nouveau test.

Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste. 

L’utilisation du test de dépistage du VIH OraQuick In-Home si vous portez un appareil dentaire ou un ancrage, ne présente aucun danger.

Une fois vos gencives frottées avec le bâtonnet-test, vous avez 30 minutes pour placer le bâtonnet-test dans le tube à essai.

Si vous faites cela et que vous suivez toutes les instructions, les résultats devraient être précis et fiables.

Si vous avez attendu plus de 30 minutes pour placer le bâtonnet-test dans le tube à essai une fois vos gencives frottées, les résultats du test ne seront pas précis ni fiables. Les résultats ne pourront donc pas être considérés comme une indication valable de votre état de santé. Vous avez besoin d'un nouveau test. Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

La présence de liquide dans le tube à essai est indispensable à la réalisation du test et à l’obtention de résultats précis. En présence de liquide, vous pouvez poursuivre le test en suivant attentivement les instructions. Lorsque vous faites le test, vous saurez qu’il fonctionne si une bande apparaît à côté de la lettre « C » sur le bâtonnet-test. Si une bande apparaît, les résultats du test seront valables.

Si aucune bande n’apparaît à côté du « C », le test ne fonctionne pas correctement. Pour que le test fonctionne, une bande doit apparaître dans la zone repérée par un « C ». Les résultats ne pourront donc pas être considérés comme une indication valable de votre état de santé. Vous avez besoin d'un nouveau test. Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

La lettre « C » sur le bâtonnet-test signifie « contrôle ». Si vous avez suivi attentivement les instructions et que vous avez attendu 20 minutes après avoir placé le bâtonnet-test dans le tube à essai, une bande doit apparaître à côté de la lettre « C ». Cette bande indique que le test fonctionne. Si aucune bande n’apparaît à côté de la lettre « C », le test ne fonctionne pas et vous devez vous en procurer un autre.

La lettre « T » sur le bâtonnet-test signifie « test ». La présence d’une bande à côté de la lettre « T », même peu colorée, et d’une bande à côté de la lettre « C » signifie que le résultat du test est positif et qu’il est possible que vous soyez infecté(e) par le VIH. Vous devrez effectuer un second test pour confirmer les résultats. La présence d’une bande « T », même peu colorée, et l’absence de bande « C » signifient que le test ne fonctionne pas, vous devrez donc vous en procurer un autre.

Si les résultats préliminaires sont positifs, vous devrez effectuer un second test pour les confirmer. Veuillez consulter une polyclinique spécialisée dans les MST ou votre médecin ou vous rendre dans un hôpital près de chez vous pour effectuer un test de suivi dans un contexte médical. Vous devez rechercher la confirmation des résultats de votre test de dépistage VIH OraQuick® In-Home auprès d’un médecin, d’un hôpital ou d’un professionnel de la santé.

Une fois que vous avez ouvert le sachet du bâtonnet-test, vous devrez effectuer le test dans les 30 minutes. Veuillez laisser le bâtonnet-test dans le sachet jusqu’à ce que vous soyez prêt(e) à effectuer le test.

Le petit sachet qui se trouve à l’intérieur de l’emballage du bâtonnet-test est destiné à empêcher l’humidité d’avoir une influence défavorable sur le bâtonnet-test pendant le stockage. Il ne doit pas être utilisé lors de la réalisation du test OraQuick, vous pouvez le jeter avec les déchets ménagers.

À ce jour, rien n’indique que l’utilisation d’antibiotiques ou de médicaments (autres que des antirétroviraux) peut avoir une influence défavorable sur les résultats du test. Veuillez effectuer le test conformément aux instructions.

Si vous portez une prothèse dentaire qui recouvre les gencives, vous devez commencer par suivre les étapes suivantes avant de procéder au test. Vous devez :

1. Retirer la prothèse dentaire.

2. Laver tout résidu de pâte sur les gencives.

3. Attendre 30 minutes.

4. Effectuez le test conformément aux instructions.

La présence d’une bande à côté de la lettre « T » et l’absence de bande à côté de la lettre « C » indiquent que le test n’a pas fonctionné. Pour que le test fonctionne, une bande doit apparaître dans la zone repérée par un « C ». Les résultats ne pourront donc pas être considérés comme une indication valable de votre état de santé. 

Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Vous saurez que le test fonctionne si une bande apparaît à côté de la lettre « C » sur le bâtonnet-test. Ce sera le cas si vous avez suivi attentivement les instructions et que vous avez attendu 20 minutes au moins après avoir placé le bâtonnet-test dans le tube à essai. S’il n’y a pas de bande à côté de la lettre « C » sur le bâtonnet-test, le test est défectueux.

Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

Vous saurez que le test ne fonctionne pas si les résultats sur le bâtonnet-test ne ressemblent à aucun des exemples figurant dans le livret d’instructions ou sur le site Web. Votre test n’est pas considéré comme valable si :

• Il n’y a pas de bande à côté de la lettre « C » sur le bâtonnet-test ;

• Il n’y a aucune bande sur le bâtonnet-test ; ou

• Le bâtonnet-test reste rose à l’issue des 20 minutes.

Si le test n’a pas fonctionné correctement ou si vous avez des doutes, veuillez vous procurer un nouveau test. Il faut demander à la personne qui vous a donné le premier test. Sinon, vous pouvez vous faire dépister au polyclinique spécialisée dans les MST (GGD) ou chez le generaliste.

La présence d’une bande à côté de la lettre « C » et d’une bande à côté de la lettre « T » signifie que le résultat du test est positif. Il est donc possible que vous soyez infecté(e) par le VIH. Toutefois, l’intensité des bandes sur le bâtonnet-test n’est pas liée au stade de la maladie ni au potentiel d’infection. Ainsi, une bande plus foncée à côté de la lette « T » n’indique pas une sérologie plus positive. Vous devrez effectuer un test de suivi pour confirmer les résultats. Les résultats du test pratiqué sur votre liquide buccal devront être confirmés par ceux d’un test sérique (sanguin) effectué par une polyclinique spécialisée dans les MST, votre médecin ou un professionnel de la santé. Tant que les résultats du test n’auront pas été confirmés, veuillez prendre des précautions pour éviter tout risque de transmission du VIH.

Si le test présente une bande à côté du « C » et une bande à côté de la lettre « T » sur le bâtonnet-test, quelle que soit la couleur ou l’intensité, indique un résultat positif. Vous devrez effectuer un second test pour confirmer les résultats. Veuillez consulter votre médecin ou un professionnel de la santé pour effectuer un test de suivi dans un contexte médical. Vous devez rechercher la confirmation des résultats de votre test de dépistage VIH OraQuick® In-Home auprès d'une polyclinique spécialisée dans les MST, d’un médecin, d’un hôpital ou d’un professionnel de la santé. Tant que les résultats du test n’auront pas été confirmés, veuillez prendre des précautions pour éviter tout risque de transmission du VIH. Vous devez notamment éviter tous rapports sexuels jusqu’à ce que vous connaissiez votre état de santé.

Il existe un traitement efficace qui permet de vivre avec le VIH sans développer le SIDA. L’espérance de vie des personnes atteintes du VIH se rapproche de l'espérance des personnes saines. La plupart des personnes prennent un à deux comprimés par jour. Ils permettent de contenir le VIH. Il y a des effets indésirables mais l’amélioration de l’association de médicaments a permis de les atténuer.

Il n’est pas possible de guérir d’une infection par le VIH. Le virus reste présent dans l’organisme. Il est cependant possible de ralentir l’évolution du VIH par des médicaments appelés antirétroviraux. Voir également la rubrique « Que sont les antirétroviraux ? ».

Un antirétroviral est un médicament qui empêche l’augmentation de la teneur en VIH dans l’organisme. Le VIH se multiplie dans l’organisme en plusieurs étapes, qui se répètent à l’infini. Les antirétroviraux parviennent à bloquer différentes étapes de sorte à empêcher la multiplication du VIH. Il existe plus de 20 antirétroviraux mais la recherche continue. Aussi bien pour trouver de nouveaux médicaments antirétroviraux que pour étudier l’efficacité de différentes associations. Les possibilités de traitement et la qualité des traitements ne devraient qu’augmenter.

L’objectif du traitement par antirétroviraux est de baisser la teneur en VIH dans l’organisme de sorte à la rendre quasiment indétectable. Cela signifie que le VIH est encore présent dans l’organisme mais dans une quantité si faible qu’elle n’est plus mesurable. On parle alors d’une très faible charge virale.

Les avantages d'une charge virale indétectable sont les suivants :

• un faible risque de contracter la maladie causée par le VIH ;

• un faible risque de souffrir d’autres maladies, comme les maladies cardiovasculaires ;

• un risque négligeable de transmission du VIH.

Tout le monde aux Pays-Bas a droit à des soins médicaux. Les médecins et le personnel infirmier ont pour obligation de prodiguer des soins médicaux, que la personne soit assurée ou non ou ait de l’argent ou non. Si vous n’êtes pas assuré(e), on déterminera dans quelle mesure vous pouvez contribuer aux frais du traitement.

Les personnes sans permis de séjour ne peuvent pas bénéficier d’une assurance soins de santé. Si elles ont besoin de médicaments contre le VIH ou si on leur a récemment diagnostiqué une infection par le VIH, elles peuvent demander à un médecin de les orienter vers un hôpital. Elles peuvent s’appuyer sur certaines dispositions pour bénéficier de soins contre le VIH. Le conseiller VIH de l’hôpital peut fournir des informations à ce sujet.

Il existe différents centres de traitement du VIH aux Pays-Bas (voir centres de traitement du VIH). Votre médecin traitant ou un médecin de la polyclinique spécialisée dans les MST peut vous orienter vers ces centres.

L’espérance de vie des personnes atteintes par le VIH se rapproche de plus en plus de celle du reste de la population. Si vous êtes traité(e) et que vous ne souffrez pas d’autres maladies, vous pouvez mener une vie normale. Au début, lorsque le diagnostic vient d’être posé, vous devrez vous faire à l’idée d’être infecté(e) et à tout ce que cela implique. Vous aurez à faire face à de nombreuses situations nouvelles et inattendues. Le VIH est une infection encore sensible auprès d’une grande partie de la société. En effet, le stigmate associé au VIH existe toujours.

Nombreux sont ceux qui ont peur des personnes atteintes par le VIH au lieu d’avoir peur du VIH. Vous pouvez trouver des informations et un soutien auprès de différents organismes (voir également la rubrique « Où m’adresser pour en savoir plus sur le VIH au quotidien ? »). Au fil du temps, les choses se mettront en place et la situation deviendra plus évidente pour vous.

De nouvelles questions peuvent se poser en cas de changements dans votre vie ou au niveau de votre état de santé. Là aussi, vous pouvez vous adresser à votre médecin traitant ou à différents organismes.

Vous voudrez très certainement parler de votre infection aux personnes qui vous sont chères. Il est important d’être soutenu. Vous n’êtes en aucun cas obligé(e) de parler de votre maladie. Les personnes de votre entourage ne courent aucun risque de contracter le VIH à votre contact au quotidien. La décision de leur en parler vous appartient.

Le site Web 4mezelf.nl est un site néerlandais destiné aux hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes qui viennent d'apprendre qu'ils sont séropositifs.

Vous trouverez de plus amples informations aussi sur le site Web de l’association Hiv Vereniging Nederland (hivvereniging.nl/). Cette association défend les intérêts des patients. Vous pouvez également contacter le Point de contact de l’association Hiv Vereniging par téléphone ou par courrier électronique si vous avez des questions concernant le VIH au quotidien ou si vous souhaitez trouver une oreille attentive. Joignable le lundi, mardi et jeudi, de 14h00 à 22h00, au 020 689 25 77 ou par courrier électronique à l’adresse servicepunt@hivvereniging.nl.

L’association Hiv Vereniging Nederland a créé un site Web qui informe les personnes infectées par le VIH et les professionnels de la santé. Ce site Web propose de nombreuses informations sur le VIH au quotidien, notamment : Pourquoi parler ou non de son infection au VIH et à qui en parler ? Comment envisager le sexe et une relation ? Mais aussi des informations concernant le traitement du VIH, la recherche et les relations entre soignants et patients (obligation de secret professionnel, par exemple). Vous trouverez plus d’informations sur le site positiefzorgt.nl.

Les sites Web des associations Aidsfonds (aidsfonds.nl) et Soa Aids Nederland (soaaids.nl) vous proposent également une foule d’informations. La ligne d’information Aids Soa se tient également à votre disposition pour des informations ou une oreille attentive. Pour cela, composez le 0900-2042040 (10 centimes/minute). Reportez-vous au site sense.info pour connaître les horaires d’ouverture et pour tout contact par courrier électronique et messagerie instantanée.

La Fondation ShivA est une organisation destinée aux personnes confrontées au VIH ou au SIDA. ShivA soutient les personnes qui vivent avec le VIH, et propose des activités autour de la spiritualité, du VIH et du SIDA. Il est également possible de s’entretenir du VIH au quotidien avec une personne de ShivA. Reportez-vous au site shiva-positief.nl pour plus d’informations.

Si vous êtes seul(e), vous pouvez faire appel à des compagnons de soins. Il s’agit de bénévoles qui aident les personnes souffrant de maladies chroniques à sortir de leur isolement. Reportez-vous au site mezzo.nl/buddyzorg pour plus d’informations.

Vous pouvez déterminer avec votre médecin traitant ou votre conseiller VIH si vous souhaitez bénéficier d’une assistance professionnelle (soins à domicile et soutien psychologique, par exemple).